Test Sony KDL-46EX720

Imprimer l'actualité Voir le flux RSS Envoyer cette actualité par email
Je le veux !
4
Je l'ai déjà
9

Introduction

Présentée officiellement en janvier dernier à l'occasion du CES de Las Vegas, la gamme de téléviseurs Sony Bravia KDL-EX720 est disponible sur le marché depuis le printemps (en mars pour être tout à fait précis). Compatibles 3D (technologie active), ces téléviseurs à rétro-éclairage LED Edge s'inscrivent au cœur de l'offre de milieu de gamme du constructeur japonais. Déclinés en plusieurs diagonales (de 32 à 55 pouces), ils offrent un accès aux services connectés de Sony, à l'aide d'une connectivité complète. Afin d'évaluer plus précisément les aptitudes de ces téléviseurs, nous nous sommes procurés le modèle de 46 pouces (KDL-46EX720) afin de le passer à notre banc d'essai. Nous a-t-il convaincus ? La réponse tout de suite.

Contenu du carton

Le Sony KDL-46EX720 est livré dans un carton on ne peut plus classique. Outre le téléviseur, on y retrouve un pied livré en kit. Il faudra donc sortir votre plus beau tournevis afin de procéder à son montage. La télécommande n'a quant à elle pas évolué par rapport aux modèles de l'an passé. Le design incurvé est ainsi toujours d'actualité. On retrouve enfin les traditionnelles notices d'utilisation. Vous l'aurez donc noté, les lunettes 3D figurent au rayon des absentes. Le constructeur japonais n'a pas jugé bon d'inclure une paire avec ses téléviseurs et il faudra donc débourser plusieurs dizaines d'euros supplémentaires pour profiter de la technologie en relief. C'est dommage.

Conception, finitions et connectiques

Sobriété et élégance. Voici les deux mots qui nous viennent à l'esprit lorsqu'il s'agit d'évoquer le design et la conception du Sony KDL-46EX720. Habillé d'un contour noir et d'une dalle PVA mate, le téléviseur de Sony a plutôt fière allure et s'intègrera parfaitement dans la plupart des salons. Une fois passée l'épreuve du montage, le pied offre une bonne stabilité et participe également à l'aspect classe de ce téléviseur. Comme tout modèle de cette taille, le poids est imposant (18kg avec le pied), mais néanmoins raisonnable. Avec 4,2 cm d'épaisseur, l'écran affiche également une finesse appréciable, même si Sony ne se situe pas encore au niveau de Samsung et sa gamme D8000.

En termes de connectiques, le Sony KDL-46EX720 est plutôt généreusement pourvu. Jugez plutôt par vous-même : 4 prises HDMI 1.4 et des entrées VGA, péritel, YUV et composite. Ajoutez à cela deux ports USB, une prise Ethernet RJ45, deux entrées RCA/Jack et une sortie optique, et vous obtenez tous les ingrédients d'un téléviseur polyvalent. Sur la tranche de l'écran sont également situées les touches physiques permettant de mettre l'appareil sous tension et de régler le volume et les chaînes. Le téléviseur de Sony se plie à la mode en disposant sa connectique à la fois sur le côté (prises HMDI, VGA, jack et péritel) et au dos de l'écran. Une coquetterie toujours appréciable pour faciliter les branchements.

Comme indiqué dans la partie précédente, la télécommande fournie avec le téléviseur est un modèle connu, car identique aux modèles de l'an passé. On retrouve ainsi le design incurvé cher au constructeur nippon. L'absence de rétro-éclairage des touches constitue toujours le principal regret à propos de cette télécommande.

On termine cette partie avec un petit mot au sujet de la consommation, un domaine dans lequel le téléviseur de Sony impressionne. 72 Watt, voilà ce que consomme le KDL-46EX720. Une statistique qui place cet écran parmi les modèles les plus écologiques du marché.

Précédente 1 2 3 4 5 Suivante

Sony KDL-46EX720, testé par Nicolas Eberswiller, noté 17/20

Avatar de Diana
6 juil. 2014 à 20h56
There is a menu button, but the only oitnops for text entry settings are: language, show word candi, next word Predic; t9 dictionary. As for the virtual keyboard...if I go into "appearance" the virtual keyboard is on "never use"...the Keyboard type is either 123abc (t9) or qwerty. I've tried both...no change...just the telephone layout.If I use the regular TF browser, I get qwerty...if I use the Opera Mini (that I downloaded from your site), I also get qwerty. I'm at a loss...although I could use the Opera Mini, I prefer UCBrowser.HELP!
0  + -

Laissez votre commentaire

?
Merci d'éviter le langage SMS, de rester courtois, et de soigner votre écriture !

8):'(:$:((a):D$$:x:)oO:p:\;)Dx

Poster mon commentaire

  • Sony KDL-46EX720 1
  • Sony KDL-46EX720 2
  • Sony KDL-46EX720 3

L'avis de la rédaction

On aime :

- Design réussi

- Belle qualité d'affichage HD

- Services connectés

- Faible consommation

- Prix raisonnable

On n'aime pas :

- Rendu 3D moyen

- Lunettes 3D non fournies

- Peu de formats pris en charge (DLNA)

- WiFi en option

L'avis des internautes

Nos tests

82
100

Philips 46PFL5507

Test du Philips 46PFL5507, téléviseur Full HD...
82
100

Philips 40PFL5507

Test du Philips 40PFL5507, téléviseur Full HD...
82
100

Philips 32PFL5507H

Test du Philips 32PFL5507H, téléviseur Full HD...
82
100

Philips 55PFL5507H

Test du Philips 55PFL5507H, téléviseur Full HD...
92
100

LG 42LM860V

Test du LG 42LM860V, téléviseur LED Plus...

Full HD

Affichage en très haute définition, avec une résolution de 1920 x 1080 (1080 lignes avec 1920 pixels par ligne)

3D Ready

Label indiquant la compatibilité du produit avec des vidéos 3D. Les TV doivent disposer d'un taux de rafraichissement de 120 Hz minimum, et ne sont pas toujours fournies avec les accessoires nécessaires à la 3D (transmetteur, lunettes)

LED Edge

Rétro-éclairage à partir de diodes LED placées sur le contour de la dalle

Ethernet

Protocole de connexion internet filaire, via un câble RJ-45

High Definition Media Interface

Standard de connexion permettant de transmettre vidéo et son en haute définition. Le HDMI 1.4 est compatible avec la 3D

DLNA

Pour Digital Living Network Alliance, standard d'interopérabilité signé par 250 constructeurs permettant la lecture, le partage et le contrôle d'appareils multimédias par le réseau, qu'importe leur marque ou leur nature.

Upscaling

L'upscaling permet d'agrandir les pixels d'une image ou d'une vidéo, pour que la résolution s'adapte à l'écran, mais parfois au détriment de la qualité quand la différence entre la résolution de l'image (ou la vidéo) de base et celle de l'écran est trop grande.